3 questions à Johann Dréo, chercheur en algorithmique et Wikipédien

Partager
  •  
  •  
  •  

Johann Dréo a effectué des études de biologie jusqu’en maîtrise, durant lesquelles il s’est intéressé à la programmation en autodidacte (et en squattant des TD de math-info). Il a appris l’informatique sur le tas, notamment grâce au mouvement du logiciel libre et à l’essor d’internet. Durant sa thèse, il s’est investi dans Wikipédia, évolution naturelle pour un autodidacte formé sur l’internet “libriste”.

Il a également assisté à la naissance de l’association Wikimédia France, dont il est devenu membre du bureau. Il est aujourd’hui chercheur en algorithmique de la décision au sein du centre de recherche d’un grand groupe. Il continue sporadiquement à intervenir autour de Wikipédia, notamment dans les actions de vulgarisation auprès des chercheurs et des jeunes

Rencontre.

Quelle était votre motivation de rejoindre une association comme Wikimedia ? Est-ce que cela a un rapport avec votre autodidactisme ?

Johann Dréo : Au départ il s’agissait surtout de promouvoir les idées derrière Wikipédia. Nous croyions tous beaucoup à une forte croissance de Wikipédia dans le grand public, du fait de son intérêt évident du point de vue de la diffusion de la connaissance. Dans mon cas, la combinaison de la philosophie du logiciel libre et des “sites persos” sur Internet m’avait permis d’apprendre l’informatique en autodidacte, sans avoir le sentiment d’être une anomalie atypique, ce qui était un grand progrès par rapport à ce qui passait dans mes études. Wikipédia a tout de suite été très bien vue dans le milieu libriste et beaucoup des premiers contributeurs que j’ai rencontrés venaient de là. Naturellement, la plus grande motivation reste le sentiment de participer à une œuvre qui vous dépasse et qui participe au progrès de l’humanité. C’est un sentiment très présent au sein de l’association, et ce depuis le tout début.

Quel a été votre investissement au sein de Wikimédia France ?

Johann Dréo : Au sein de l’association, j’ai toujours été plus attiré par les explications de terrain sur les idées sous-tendant les projets. Je trouve fascinant de constater à quel point les gens sont intéressés par les bases philosophiques des projets, qui remettent en cause beaucoup de lieux communs de notre culture. J’ai donc eu une nette tendance à préférer les présentations et ateliers dans les médiathèques et autres clubs d’informatique locaux, qui étaient les lieux les plus ouverts à Wikimédia aux débuts. J’ai fini par devenir membre du conseil d’administration, mais pour un seul mandat, que je n’ai pas cherché à renouveler, l’association comprenant de nombreux membres bien plus compétents que moi en la matière. Fort heureusement, en grandissant l’association a largement diversifié ses activités !

Selon vous, quels sont les nouveaux enjeux liés au développement d’une encyclopédie contributive comme Wikipédia ?

Johann Dréo : Bien que je ne sache pas y répondre, j’aime que vous posiez cette question ! Pendant plusieurs années, nous avons dû expliquer pourquoi nous croyions que Wikipédia était un modèle pertinent, alors qu’aujourd’hui les gens veulent s’assurer qu’elle perdure, tant elle est devenue une pierre angulaire de l’accès à la connaissance ! Les enjeux d’aujourd’hui ne sont plus de convaincre que le modèle est bon pour la société, mais qu’il peut perdurer dans le temps. Aujourd’hui quand on parle d’encyclopédie, les jeunes pensent Wikipédia mais les plus vieux s’attachent encore à l’idée des volumes papiers sur leurs étagères. Or les deux n’ont plus rien à voir ! Wikipédia a atteint en quelques années une taille tellement colossale qu’à mon avis on ne devrait même plus essayer de la comparer aux encyclopédies « classiques ». Songez que Wikipédia, ce sont des dizaines de millions d’articles et d’images, des centaines de langues, des sujets qu’on ne trouve traités nulle part ailleurs …

Exceptionnellement une quatrième question : Inria alumni participe à l’enrichissement des contenus liés à l’informatique sur Wikipédia. Quels conseils donneriez-vous aux contributeurs novices?

Johann Dréo : N’ayez pas peur ! C’est la première chose que nous essayons d’enseigner en atelier de formation, tant les gens hésitent à sauter le pas de la contribution par peur de ne pas être utile ou de commettre des impairs… Mais tout le monde peut apporter quelque chose, tant est grande la variété des contributions possibles. Alors soyez audacieux, vous ne le regretterez pas, tant Wikipédia est une formidable école à apprendre. Et, si vous avez passé la barrière de la contribution, mon deuxième conseil serait de vous intéresser aux idées qui sous-tendent Wikipédia. La philosophie du libre est bien connue des informaticiens, par exemple, mais ils oublient trop souvent que la neutralité de point de vue est une des innovations incontournables de Wikipédia. Enfin, mon dernier conseil sera de garder à l’esprit que vous n’êtes pas seuls. Wikimédia est avant tout un énorme groupe de gens qui discutent, alors vous aurez toujours quelqu’un pour vous aider !

 

En savoir plus :
Wikimédia France

About the author

Equipe Inria alumni

Other posts from the same category

Photo de Véronique Cortier

3 questions à Véronique Cortier, Directrice de recherche au CNRS

8 February 2016
Partager
  •  
  •  
  •  

Partager   Le 18 janvier s’est tenu au Numa Paris, le Café Techno “Peut-on avoir confiance dans le vote électronique ?” avec Véronique Cortier, Directrice de recherche au CNRS Loria au sein de l’équipe Cassis. Les récentes élections ont soulevé les faiblesses récurrentes du vote « classique », dont l’abstention qui est devenu un problème préoccupant. Quelles … Continue reading 3 questions à Véronique Cortier, Directrice de recherche au CNRS

3 questions à Christian Saguez, responsable du programme Mentorat d’Inria Alumni

30 October 2015
Partager
  •  
  •  
  •  

Partager   Christian Saguez est ingénieur diplômé de l’École Centrale de Paris. Il a été notamment directeur des relations industrielles et internationales chez Inria, directeur général fondateur de la société SIMULOG et directeur des relations industrielles et des filiales du CNES (Centre National d’Études Spatiales). Il était également président de l’association Teratec (pôle européen de compétence en … Continue reading 3 questions à Christian Saguez, responsable du programme Mentorat d’Inria Alumni