3 questions à Julien Bruneau, Co-fondateur et CTO chez iQSpot

Après son passage chez Inria, Julien Bruneau, ex ingénieur Transfert et Innovation et lauréat du concours national d’aide à la création Bpifrance a depuis peu pris son envol pour se consacrer à son projet de création d’entreprise : IQspot. Il nous raconte l’évolution de son projet ainsi que les liens qui unissent la startup à Inria.

 

Comment êtes-vous arrivé chez Inria et qu’est-ce qui vous a décidé à créer IQSpot ?

« J’ai effectué ma thèse chez Inria Bordeaux – Sud-Ouest au sein de l’équipe-projet Phoenix dirigée par Charles Consel, pendant laquelle j’ai contribué au développement du logiciel DiaSuiteBox. Ce logiciel permet de facilement tester et développer des applications coordonnant des objets connectés. J’ai ensuite obtenu un poste d’Ingénieur Transfert et Innovation afin d’évaluer les possibilités de transfert de DiaSuiteBox. Une année passée à rencontrer des acteurs du marché de la domotique et immotique m’a convaincu qu’il y avait une opportunité à saisir dans le domaine de la gestion intelligente de bâtiment.

Le projet de création d’entreprise s’est concrétisé en 2013 lorsque le projet a été lauréat dans la catégorie “En émergence” du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes organisé par Bpifrance. La dotation allouée a permis d’accompagner la maturation du projet en finançant étude de marché et de faisabilité technique. Pendant cette période de maturation, l’équipe iQSpot s’est étoffée avec l’association de Yann Guiomar, anciennement Directeur Général de la société Coronis, et Quentin Enard, qui a également fait sa thèse sur le logiciel DiaSuiteBox. Depuis novembre 2013, nous sommes de plus accompagnés par l’Incubateur Régional d’Aquitaine. »

Quels sont les liens actuels entre Inria et IQSpot ?

« Tout d’abord, un contrat de licence d’utilisation du logiciel DiaSuiteBox lie Inria et iQSpot en permettant à iQSpot de bénéficier de DiaSuiteBox. Des réunions régulières sont également organisées entre le Service Transfert et Innovation du centre Inria Bordeaux et iQSpot afin d’échanger sur l’avancement d’iQSpot et d’éventuellement mettre en oeuvre des collaborations avec Inria. »

Quel est le positionnement d’IQSpot et où en est l’entreprise aujourd’hui ?

« iQSpot propose une solution logicielle dédiée à l’efficacité énergétique de bâtiment tertiaire. Nous fournissons des informations analytiques au gestionnaire de bâtiment, sur un tableau de bord Web, l’informant en temps réel de la consommation de son bâtiment. Afin de sensibiliser les usagers du bâtiment sur les problématiques énergétiques, nous proposons des écrans disposés dans le bâtiment, ainsi qu’une application mobile les informant des performances énergétiques du bâtiment. Il est à noter que des gains de l’ordre de 12% peuvent être réalisés en rendant acteur les occupants d’un bâtiment sur le sujet de l’efficacité énergétique. »

Nous sommes actuellement dans la phase de développement d’une première version commercialisable de notre offre logicielle. Notre solution a été déployé dans 2 bâtiments pilotes. Nous recherchons d’autres sites afin de démontrer la convivialité et l’efficacité de notre solution en matière d’efficacité énergétique.

 

Retrouvez Julien Bruneau sur LinkedIn

Portrait d’Yves Peynaud, Consultant en strategie et business development pour les PME innovantes

En 1983, Yves débute sa carrière d’ingénieur au sein d’une filiale de Thomson, Thomson TITN. C’est en 1986 qu’il crée son premier contact avec Inria.


« Un ami venait d’être embauché dans un groupement d’intérêt public : le GIPSI-SM90 (créé entre Inria, le CNET et Bull afin de transférer sur la plateforme SM90 des logiciels intéressants pour les chercheurs), il me semblait que l’aventure pourrait également être enrichissante pour moi. »

Il postule à son tour et débute sa mission pour GIPSI-SM90 dans la foulée. En 1988, GIPSI-SM90 donne naissance à la start-up GIPSI (une startup pour fabriquer et vendre des terminaux X couleur), dirigé par Jean-François Abramatic. C’est ce dernier qui détecte chez Yves des qualités en Marketing et lui propose le poste de Responsable Marketing Produits dans la startup.

« Cela a changé ma vie […] Jean-François a toujours su détecter les talents des gens et leur faire trouver le meilleur d’eux-mêmes. »

L’ingénieur fera place au Marketeur qui sommeillait.

En 1990, GIPSI fusionne avec une société issue du MIT pour former Visual international Inc., ce qui permettra à Yves de commencer à se frotter au marché américain. Mais l’aventure prendra fin 2 ans plus tard, le marché visé par les terminaux X étant alors largement dominé par les PC sous windows, plus riches en applications que les serveurs Unix.

Après GIPSI-VISUAL, Yves part appliquer ses compétences de Marketeur chez Chorus Systems, une société dirigée par Hubert Zimmermann. Chez Chorus, il est en charge du développement de marché dans les systèmes embarqués, où il s’agit de créer et de vendre une nouvelle gamme de produits. Des fonctions nouvelles pour notre ex-ingénieur qui participe pleinement à l’évolution de la société vers les systèmes embarqués pour conduire à son rachat en 1997 par Sun Microsystems.

En 1997 Chorus est revendue, mais Yves a déjà quitté la structure fin 1995 pour rejoindre le W3C, le World Wide Web Consortium où il prend en charge le développement et la promotion du Consortium en Europe. Son rôle : faire connaitre le World Wide Web et le Consortium pour recruter des membres parmi les sociétés et institutions européennes.

« Les acteurs que nous recrutions avaient des profils différents de ceux que l’on pouvait trouver aux Etats-Unis. En Europe, il y avait plutôt des utilisateurs. S’est ainsi formé un consortium mondial où toute la chaîne de valeur était représentée ».

Dans le cadre de cette activité pour le W3C, Yves Peynaud a notamment managé en 1996 la 5eme conférence internationale du Web « WWW5 » qui a réuni au CNIT pendant une semaine 2300 participants venus de 45 pays. Puis il s’est occupé de la promotion et du transfert recherche-industrie en Europe pour Inria jusqu’à fin 1999.

« Je côtoyais quotidiennement des chercheurs qui avaient des projets de startups, et je les aidais à développer leurs business plans. J’ai trouvé passionnant d’avoir un regard sur des dizaines de stratégies, de marchés et de modèles économiques différents… ».

Le marketeur devient alors consultant pour les entrepreneurs tout début 2000. Ce qu’il est toujours aujourd’hui, 15 ans et 250 missions pour plus de 90 startups plus tard, en ayant créé 3 cabinets de conseil. Depuis 2008, il a fait le choix de travailler seul afin de se consacrer entièrement à ce qu’il aime : « faire grandir les entreprises et accompagner les entrepreneurs sur la route du succès ! »

Retrouvez Yves sur LinkedIn