Rencontre avec Florent Mathieu Président d’EikoSim

Que fait EikoSim ?

Logo-Eikosim« Les logiciels d’EikoSim, basés notamment sur des outils de traitement d’image, permettent d’améliorer les simulations numériques en mécanique en les « augmentant » de plus d’informations de mesure mieux organisées : nous proposons le « jumeau numérique » pour la simulation 3D. Grâce à ces outils, nous permettons de réduire la durée des cycles de validation des produits et d’améliorer la confiance de l’ingénieur en ses simulations.

Notre objectif est de faire émerger sur le marché une nouvelle classe d’outils logiciels dédiés à la validation, qui est une étape critique mais très mal servie par les outils logiciels existants.  Nous apportons une double réponse : une technologie de mesure innovante par vision (brevets CNRS/ENS Paris-Saclay) associée à une réorganisation des données de mesure autour d’un « jumeau numérique » pour la simulation 3D. Cette offre complémentaire permettra de faire de la validation une étape outillée pour répondre aux challenges de compréhension des systèmes complexes auxquels sont confrontés nos clients. »

Quelle est votre vision des prochains défis technologiques dans votre secteur ?

« Nos clients expriment des difficultés à produire des simulations numériques prédictives qui correspondent à l’observation faite durant les essais mécaniques. D’après nos estimations, de ces difficultés découlent environ 10% des dépenses de leurs programmes de développement produit. C’est de plus en plus vrai, car la concurrence (notamment en aéronautique sur le poids des structures volantes) impose des technologies de rupture et donc des pièces ou des matériaux plus complexes et encore mal connus (on pense aux composites ou à l’impression 3D). Continuer à produire des systèmes mécaniques de plus en plus performants passera donc par une meilleure maîtrise des process de validation des pièces, et c’est là que nous intervenons. »

Quel est votre parcours avant sa création et quelle a été votre motivation ?

« Renaud Gras, Directeur Général d’EikoSim et moi-même sommes deux anciens chercheurs du Laboratoire de Mécanique et Technologie de l’ENS Paris-Saclay. Avant la création de la société, nos recherches sur ces technologies étaient très appliquées et consistaient à répondre à des problèmes « long terme » des industriels qui ne trouvaient pas de réponse satisfaisante dans les technologies existant dans l’industrie. Les technologies devenant matures, nous avons sauté le pas pour éditer des logiciels et ainsi permettre aux industriels de monter en compétence. C’est ainsi que notre aventure entrepreneuriale a débuté, avec IT Translation. Et ce n’est que le début ! »

En savoir plus sur EikoSim

© EikoSim

Rencontre avec Guillaume Chelius, PDG d’Hikob

Que fait Hikob ?

« Hikob est une société spécialisée dans la récupération et l’exploitation de données. Nous concevons des systèmes d’acquisitions de données sans fil autonomes et multi-points. Ces systèmes sont faits de capteurs communicants et intelligents destinés à remplir 3 tâches : réaliser des mesures, transformer ces mesures en une information pertinente et communiquer ces informations via des données radio. Nos capteurs peuvent avoir différentes applications comme : la gestion du trafic routier (pour la régulation de trafic par exemple), la couverture d’événements sportifs, ou encore le monitoring dans le domaine industriel (pour mettre en place des politiques de maintenance). »

Quelle est votre vision des prochains défis technologiques dans votre secteur ?

« Actuellement, le monde industriel et plus généralement les métiers de l’ingénierie subissent une véritable transformation avec une pénétration de plus en plus importante des outils numériques et du digital. Ces outils, aussi bien matériels que logiciels, permettent d’envisager un accès et une exploitation massive de données  et vont bouleverser la pratique de  l’ingénierie. Cette transformation pose évidemment des défis majeurs en terme de collecte et de mise à disposition des données mais également d’analyse et de modélisation.

En ce qui concerne Hikob, notre prochain défi est de consolider notre activité sur des marchés prêts à adopter et utiliser massivement nos outils. Notre objectif est l’adoption large et ciblée de la technologie que nous développons, par exemple dans le secteur de l’industrie qui est long dans l’acceptation de nouvelles technologies. Bien entendu, à long terme, nous souhaiterions adapter notre technologie à d’autres acteurs. L’idée est également de développer davantage de valeur en remontant de la vente de systèmes à des propositions de services autour de l’exploitation de ces systèmes. Faire glisser notre business model finalement. »

Quel est votre parcours avant sa création et quelle a été votre motivation ?

« J’ai fait un Doctorat à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, puis 2 post-docs dont un au Brésil dans le domaine des réseaux de capteurs sans-fil. Par la suite j’ai exercé en tant que Chargé de recherche au sein d’Inria dans le domaine des réseaux sans fil (EPIs ARES puis DYNET). Au fur et à mesure que nos recherches avançaient, j’ai constaté que l’objet de recherche devenait un outil. En effet, notre logique d’expérimentation nous a amené à travailler pour d’autres chercheurs, d’autres équipes de recherche dans le cadre de nouvelles thématiques. Alors, nous avons accompagné cette évolution en développant des prototypes de notre technologie et engagé une réflexion sur la valorisation de notre savoir-faire. C’est en 2010 que notre constat s’est lié à une véritable volonté de création d’entreprise. Pour aller au bout de la réalisation de notre produit et pour porter notre projet dans sa globalité, nous avons fondé en 2011 Hikob.

En ce qui concerne ma motivation au quotidien, je pense que c’est le challenge intellectuel que représente la gestion globale du projet. Hikob a été une formidable opportunité de me former, de grandir. La transition de chercheur à entrepreneur a été plus rapide sur le papier que dans ma tête. L’entreprenariat m’a fait sortir de ma zone de confort, c’est déstabilisant mais très valorisant dans une démarche personnelle.  J’ai chaque jour envie d’aller plus loin. »

En savoir plus sur Hikob