Portrait de Laure Reinhart, Directeur des partenariats au sein de la direction innovation de BPIFrance

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Diplômée de l’Ecole normale supérieure, Laure Reinhart est une pure mathématicienne. En 1979, elle débute sa carrière chez Inria où elle est successivement chercheur en calcul scientifique, chargée des relations industrielles puis Directeur du centre de Rocquencourt.

En 1999, après 20 ans, elle quitte Inria et la fonction publique pour rejoindre le groupe Thales comme Directeur Technique Logiciel et Responsable du groupe Informatique et Systèmes au LCR (Laboratoire Central de Recherche). Elle prend ensuite la direction opérationnelle des activités de recherche, puis la responsabilité des coopérations technologiques et de la communication à la Direction Technique du Groupe.

De juillet 2006 à octobre 2008, elle est Directeur de la Stratégie à la Direction Générale de la recherche et de l’innovation au ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur.

Et, en octobre 2008, elle entre chez OSEO en tant que Directeur général délégué en charge de l’innovation, de l’évaluation, des études économiques et des systèmes d’information. Elle gère la cohérence des grands programmes d’innovation en faveur des PME et des ETI, du Fonds Unique Interministériel de financement des projets des pôles de compétitivité et ceux du Programme d’Investissements d’Avenir.

Aujourd’hui, chez BPIFrance (ex OSEO), Laure Reinhart est Directeur des partenariats au sein de la direction Innovation. Elle est également Présidente de 3 associations : Ile de Science qui rassemble 30 acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur de l’Ile de France Sud et Ouest, Scientipôle Initiative (aide à la création d’entreprises innovantes) et Scientipôle Croissance (en accompagnement).

Rencontre avec une femme passionnée, qui n’aime pas la routine !

La diversité semble être le fil conducteur de votre parcours, est-ce un aspect que vous cultivez ? Si oui, quel est votre secret ?

Laure Reinhart : “Il ne s’agit pas d’un parti pris mais plutôt d’une attitude d’aller systématiquement chercher de nouveaux horizons, et de nouveaux problèmes à résoudre. Quitter Inria ne pouvait être que pour l’Industrie : j’avais besoin de mieux comprendre pourquoi il est si difficile de convaincre une entreprise à accueillir nos résultats. Mais c’est vrai qu’en tant que chercheur, aller défricher des terres un peu neuves pour moi, était aussi assez naturel. Et puis, il faut savoir (et pouvoir) se remettre en cause et accepter de repartir en bas de l’échelle ou presque dans un nouveau contexte. Je crois que c’est une attitude assez partagée par les femmes “

Bifurquer, rebondir pourraient être les verbes qui ponctuent votre carrière. A croire que la routine n’est pas faite pour vous ?

Laure Reinhart : “Bifurquer, c’était le thème de ma thèse que j’ai préparé chez Inria. J’y traitais de calcul de suivi de bifurcation dans des EDP ! En effet, j’aime aller de l’avant et j’ai la chance que la vie m’ait permis de le faire. Mais il ne s’agit pas de changer de façon trop rapide ou de « changer pour changer ». Je suis restée 20 ans chez Inria, puis 7 ans chez Thales. Je suis plutôt fidèle et très attachée à mes environnements professionnels, tant sur le plan humain que sur le plan purement de l’activité.”

Que retenez-vous de votre passage chez Inria ?

Laure Reinhart : “Inria m’a offert mon premier job juste à la sortie de l’école, c’était magique car j’ai reçu un accueil enthousiaste ! Inria m’a permis de progresser, de découvrir des métiers extrêmement divers au-delà de ceux de la recherche : la gestion, la propriété industrielle, le transfert de technologie, la création d’entreprises … et même la conception d’un grand projet architectural. C’est très rare d’être ainsi confronté à de multiples problématiques au sein d’une même organisation. Et tout cela dans une très belle ambiance où la science et ses applications, projet collectif passe avant l’intérêt individuel.

En tant que présidente des associations Ile de Science, Scientipôle Initiative et Scientipôle Croissance, qu’attendez-vous d’une association d’alumni comme celle d’Inria ?

Laure Reinhart : “Les trois associations que je préside sont assez différentes. Ile de Science est une association de directeurs de recherche publiques et privée, et les « Scientipoles » sont des associations dédiées à l’accompagnement de très jeunes entreprises innovantes. Mais ce qui les réunit c’est la part très importante du bénévolat dans nos activités. Inria Alumni, c’est aussi redonner en partie ce que nous avons reçu en son temps, c’est aussi pouvoir partager nos expériences pour peut-être permettre aux plus jeunes de prendre plus de risques dans leurs parcours professionnels et le faire en comprenant mieux ce qui les attend, c’est enfin pouvoir s’exprimer librement sans contraintes, un peu comme en famille !”

Retrouvez Laure Reinhart sur les réseaux professionnels !

About the author

Equipe Inria alumni

Other posts from the same category

Photo de Véronique Cortier

3 questions à Véronique Cortier, Directrice de recherche au CNRS

8 February 2016
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Partager    Le 18 janvier s’est tenu au Numa Paris, le Café Techno “Peut-on avoir confiance dans le vote électronique ?” avec Véronique Cortier, Directrice de recherche au CNRS Loria au sein de l’équipe Cassis. Les récentes élections ont soulevé les faiblesses récurrentes du vote « classique », dont l’abstention qui est devenu un problème préoccupant. Quelles … Continue reading 3 questions à Véronique Cortier, Directrice de recherche au CNRS

3 questions à Christian Saguez, responsable du programme Mentorat d’Inria Alumni

30 October 2015
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Partager    Christian Saguez est ingénieur diplômé de l’École Centrale de Paris. Il a été notamment directeur des relations industrielles et internationales chez Inria, directeur général fondateur de la société SIMULOG et directeur des relations industrielles et des filiales du CNES (Centre National d’Études Spatiales). Il était également président de l’association Teratec (pôle européen de compétence en … Continue reading 3 questions à Christian Saguez, responsable du programme Mentorat d’Inria Alumni