Rencontre avec Olivier Clatz, Président et co-fondateur de Therapixel

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Que fait Therapixel ?

Olivier Clatz
© Inria / Photo G. Maisonneuve

Therapixel est éditeur de logiciel, spécialisé en imagerie médicale.

Le cœur de la technologie est algorithmique : il permet la reconnaissance de formes dans les images. Deux applications sont issues de ce savoir-faire. Tout d’abord, une commande « sans toucher »  de notre logiciel. Cette commande permet par exemple à un chirurg

ien en cours d’opération de faire monter sur un écran les images médicales dont il a besoin sans avoir à retirer ses gants. Par un langage des gestes très ergonomique, le chirurgien peut ainsi naviguer rapidement dans le dossier d’imagerie du patient en salle d’opération et avoir accès à toutes les données pour son intervention. La seconde application est l’assistance à l’interprétation des images médicales.

 

Nous considérons qu’il est très important que Therapixel continue à développer son réseau de partenaires pour améliorer la performance et la pertinence de ses outils. Nous gardons bien évidement un lien étroit avec Inria, mais nous sommes aussi allés chercher des partenaires cliniques pour développer nos applications. Par exemple : le CHU de Nice, le centre Antoine Lacassagne à Nice, le Centre François Baclesse de Caen, l’APHP, le CHU de Rouen comptent parmi les partenaires de développement de Therapixel.

Quelle est votre vision des prochains défis technologiques dans votre secteur ? 

L’intelligence artificielle va avoir un impact majeur sur le diagnostic radiologique : dans le futur, les algorithmes vont aider les radiologues à mieux détecter les lésions et à les interpréter.

La majorité des examens d’imagerie sont interprétés aujourd’hui par des radiologues sans assistance spécifique. On peut très bien imaginer que les algorithmes, dans un futur proche, seront capables de prétraiter les données pour fournir une première interprétation. Le radiologue interviendra alors dans un second temps pour valider ou adapter l’interprétation de la machine.

La mise en œuvre de cette vision requiert cependant un travail très important sur la qualité de détection des algorithmes : la confiance des radiologues dans la machine ne se fera qu’à condition qu’elle démontre un niveau de performance équivalent à l’assistance d’un collègue.

Therapixel est en cours d’adaptation pour construire une stratégie autour de cette nouvelle tendance de fond.

Quel est votre parcours avant la création de Therapixel et quelle a été votre motivation ?  

Après une thèse chez Inria et un post-doctorat à Harvard, j’ai été chercheur au sein de l’Institut pendant 6 ans. Très vite l’idée de créer une entreprise m’a attiré.

La concrétisation a pris cependant beaucoup de temps, nous sommes passés par différentes étapes : construction d’une base logicielle pertinente pour un transfert technologique, recherche d’une offre et d’un business model associé, constitution d’une équipe, discussion des conditions du transfert…

L’aventure ne fait que commencer, de nombreux défis technologiques nous attendent. A terme, ce que nous voulons c’est que cette technologie soit accessible au plus grand nombre.

En savoir plus sur Therapixel

À propos de l'auteur

Equipe Inria alumni

Autres articles de la même catégorie

Inria Business Club

[Inria Business Club] Les vidéos de la Rencontre annuelle du Club qui s’est déroulée le 21 mai sont en ligne !

4 Juillet 2019
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Partager     Pour la seconde année, Inria Business Club a organisé sa rencontre annuelle à Station F. Cette année, elle avait pour thème : « Cloud interne, Cloud public , Cloud hybride : quel choix face aux dernières avancées ? »   Cet événement était également l’occasion de présenter les nouveaux membres du Club et des revenir sur … Continuer la lecture de [Inria Business Club] Les vidéos de la Rencontre annuelle du Club qui s’est déroulée le 21 mai sont en ligne !

[Startup Inria Business Club] Antescofo

20 Juin 2019
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Partager    Avec Antescofo, les musiciens ne répètent plus jamais seuls !   Créée en 2016 par trois chercheurs d’une équipe Inria-Ircam*-CNRS, Antescofo propose aux musiciens classiques de répéter avec une application qui joue l’accompagnement d’orchestre en haute qualité sonore et s’adapte en temps réel à leurs éventuelles erreurs. La start-up, épaulée par Inria, est soutenue par … Continuer la lecture de [Startup Inria Business Club] Antescofo